App iGräser

Avec iGräser, il est maintenant possible de déterminer de manière simple, fiable et rapide les 111 espèces de graminées (Poaceae) les plus répandues en Suisse, autant pendant leur période de floraison qu'en dehors. La détermination se base sur des critères répartis dans 6 catégories, à savoir:

  1. Milieu
  2. Forme de croissance
  3. Taille à maturité
  4. Caractères végétatifs (feuilles)
  5. Caractères génératifs (fleurs)
  6. Genre (systematique)

et elle tient compte de la répartition des espèces via la localisation GPS.

Chaque espèce est décrite en détail (caractères, valeurs indicatrices, répartition en Suisse) et les caractères importants pour la détermination sont illustrés à l'aide de photos. Il existe pour chaque graminée une liste regroupant les espèces semblables: les caractères permettant la différenciation entre ces espèces sont indiqués de manière claire.

La fonction «Observations» vous permettra d'enregistrer en toute facilité le lieu, la date et d'autres informations relatives aux espèces que vous aurez la chance de découvrir et d'observer.

  • Vous pouvez obtenir la version complète iGräser qui comprend actuellement 111 espèces gratuit.

Télécharger l'application iGräser

Vous pouvez obtenir la version complète iGräser qui comprend actuellement 111 espèces gratuit.

Au commencement

Les graminées (Poaceae) jouent un rôle prédominant dans de nombreux milieux, en particulier dans les prairies, les pelouses et les réserves naturelles, mais aussi dans les milieux artificiels ensemencés après terrassement, comme les talus de route ou les pistes de ski. En Suisse, les pelouses et les prairies recouvrent 60% de la surface agricole utile. En raison de leur fréquence et souvent de leur rôle d'architecte des milieux, il est important, aussi bien pour les agriculteurs, les forestiers et les personnes oeuvrant pour la protection de la nature ou la création d'espace vert que pour les chercheurs et les étudiants, qu'il soit possible de déterminer ces espèces de manière fiable à n'importe quel stade de leur développement, c'est-à-dire aussi bien à l'état végétatif qu'à maturité.

La stipe pennée (Stipa pennata) fait partie du groupe relativement restreint des graminées facile à reconnaître, du moins à maturité. Cependant, pour l'identification de la majorité des espèces de graminées, il est nécessaire d'utiliser une clé de détermination, ce qui consiste à répondre à une série de questions détaillées sur des caractères relativement difficiles. Dans les clés traditionnelles (par ex. Binz & Heitz, 1990; Hess et al., 2010; Lauber et al., 2012), qui se focalisent sur les plantes en fleur, on rencontre ces questions qui portent sur des caractères de la fleur qui sont généralement relativement peu apparents et seulement difficilement visibles en raison de la très petite taille et la complexité des fleurs de graminées. Les questions qu'on retrouve souvent sont par exemple: Est-ce que la glumelle intérieure mesure 1/2–2/3 de la glumelle extérieure ou 2/3-3/4?  Les anthères mesurent-elles 0.7-1.4 mm de long ou 1.8-2.6 mm? Est-ce que l'arête s'insère le long de la glumelle extérieure ou à sa base? Les épillets sont-ils en forme de déchausse-botte ou pas, et, si c'est le cas, est-ce que l'arête de la glume mesure 0.5-1 mm ou 1-2 mm? Avec ce type de questions, la plupart des diplômés des hautes écoles ayant étudiés des branches en relation avec ce sujet sont dépassés par la difficulté. Est-ce que je suis en train d'observer la glume, la glumelle intérieure ou la glumelle extérieure? Jusqu'à ce qu'on ait atteint notre but, à savoir trouver l'espèce qu'on a devant soi, il aura fallu répondre de manière correcte à 10 voire 20 de ces questions, qui plus est dans un ordre donné. Une petite erreur ou une incertitude concernant un critère, peut-être simplement absent de l'échantillon à disposition, et l'identification sera totalement faussée.

Lorsque les fleurs manquent, ce qui est le cas chez les graminées durant la majeure partie de l'année, on se retrouve vite perdu avec les clés traditionnelles axées sur les critères floraux (par ex. Binz & Heitz, 1990; Hess et al., 2010; Lauber et al., 2012). Dans ce cas, le Flora Vegetativa d'Eggenberg & Möhl (2009) ou les clés spécialisées, qui ont la plupart du temps été développées dans un but spécifique défini, par ex. pour un (des) milieu(x) donné(s) et/ou pour certain(s) pays voire régions (par ex. Häfliger & Scholz, 1980-1982; Hubbard, 1985; Kaltofen & Schrader, 1991; Bartsch, 1994; Dietl et al., 1998; Klapp & Opitz von Boberfeld, 2006, 2011) peuvent aider. Cependant, bien que pour le spécialiste ces ouvrages sont souvent d'une très grande utilité, ils n'aident malheureusement que peu souvent l'amateur ou le passionné, qui n'a pas les connaissances suffisantes nécessaires à leur bonne utilisation. Il manquait donc, jusqu'à présent, un outil facile à utiliser servant à la détermination des graminées et permettant (1) de rendre accessible aux étudiants, aux écologistes et aux botanistes amateurs des connaissances uniquement disponibles dans la littérature spécialisée, et (2) ceci sous une forme utilisable à tout moment et n'importe où, (3) sans être dépendant d'une connexion internet qui peut parfois laisser à désirer lorsqu'on se trouve sur le terrain.

En bref: On avait besoin d'une application accessible à tous. L'application iGräser comble ce manque.

Toutes les espèces de graminées ne sont pas aussi faciles à déterminer que la stipe pennée (Stipa pennata), avec ses arêtes plumeuses longues d'env. 25 cm (photo de gauche). Sans fleur, la plupart des espèces de graminées (Poaceae) ne peuvent être déterminées à l'aide d'une clé traditionnelle, dichotomique, et les caractères importants ne sont souvent pas visibles. Phleum bertolonii se différencie par exemple de Phleum pratense par le fait que les glumes de ses épillets en forme de déchausse-botte mesurent, en tenant compte des arêtes prolongeant les glumes, seulement 3 mm et non 5 mm (photo du milieu).

Le But

Le but de départ était de développer un outil à la portée de tous, qui permettrait de déterminer les 100 espèces de graminées (Poaceae) de forêts et de zones ouvertes les plus répandues en Suisse. Cet outil a pris la forme d'une application pour iPhone/iPad. La détermination devait être possible aussi bien pour des individus matures (fleurs présentes) qu'immatures (fleurs absentes) et tenir compte des cartes de répartitions mises à disposition par le centre national de données et d'informations sur la flore de Suisse (info flora, 2012) en utilisant la localisation GPS via l'appareil utilisé. Les différents critères utilisés pour la détermination devaient pouvoir être choisis de manière libre dans les catégories «Milieu», «Forme de croissance», «Taille à maturité», «Caractères végétatifs» (= caractères également bien visibles sur les jeunes tiges et/ou les tiges stériles), «Caractères génératifs» (= caractères visibles uniquement sur les tiges en fleur) et «Genre». Enfin, dans l'optique de faciliter le travail de détermination aux débutants et autres amateurs de botanique, les caractères génératifs et végétatifs difficiles à se représenter ou simplement à observer devaient être illustrés à l'aide de photos.

En bref: L'application informatique pour la détermination des graminées iGräser doit permettre à n'importe quel utilisateur de déterminer les 100 espèces de graminées les plus fréquentes en Suisse, quelque soit son niveau de formation/connaissance.

Les smartphones et les tablettes électroniques, dont font partie l'iPhone et l'iPad d'Apple, ont un énorme potentiel pour les applications mobiles, ces dernières pouvant considérablement faciliter la vie des travailleurs (par ex. dans les métiers liés à la création d'espace vert), des protecteurs de la nature, des amateurs, des étudiants mais aussi des botanistes, notamment pour le travail accompli sur le terrain. Le projet "iGräser-App" est particulièrement innovant pour les aspects suivants:

  • La détermination se fait à l'aide de critères choisis librement, c'est-à-dire qu'il n'est pas nécessaire de s'épuiser à répondre à une série de questions prédéfinies, comme c'est habituellement le cas pour les clés de détermination dichotomiques. Les différents caractères de l'échantillon étudié qui ne seraient pas identifiables de manière sûre peuvent alors être simplement écartés de la détermination.
  • Les caractères végétatifs, génératifs et écologiques se laissent combiner librement. Les clés plus anciennes se concentrent sur les plantes «à la floraison» OU «à l'état végétatif».
  • Tout comme les caractères présents, les caractères absents peuvent aussi jouer un rôle dans la détermination, par ex. l'absence d'une double rainure médiane ou l'absence d'oreillettes. A l'heure actuelle, pratiquement toutes les clés disponibles n'utilisent que les caractères présents et non les caractères absents.
  • Le niveau de précision avec lequel un caractère est indiqué peut être choisi librement. Pour la forme de croissance «Formant des touffes vivaces», on peut par exemple rester sur «Touffes, sans détails supplémentaires» ou alors préciser le type de touffes selon la taille et la fermeté, voire la densité.
  • Le degré d'incertitude avec lequel un caractère est identifié est pris en compte. Si l'on est pas tout à fait certain d'un critère sélectionné, il est possible de réduire le risque lié à une possible erreur de détermination grâce à un bouton «Incertain?».
  • La stabilité des différents caractères est prise en compte. Les caractères relativement variables comme la largeur, la couleur ou encore la pilosité du limbe ont moins de poids au moment de l'identification d'une espèce que les caractères stables comme les gaines foliaires fermées, le type d'inflorescence ou la présence d'une couronne de poils à la place d'une ligule membraneuse.
  • La fréquence à laquelle les espèces se retrouvent en Suisse est également prise en compte. 
  • Les plantes à l'état végétatif peuvent aussi être identifiées de manière fiable.
  • De nombreuses photos de qualité appuient le texte pour illustrer les caractères végétatifs et génératifs importants pour la détermination de l'espèce. Certes il existe différents ouvrages avec des dessins d'une excellente qualité (par ex. Conert, 2000; Rothmaler & Jäger, 2007; Eggenberg & Möhl, 2009) mais une flore des graminées illustrée avec de bonnes photos manquait encore, bien que le besoin pour une telle flore était déjà connu depuis longtemps. Dès 1962, la première édition de «Gräserbestimmung von Photos» de Volger (1962 & 1994) est publié et la flore «Waldgräser» de Bartsch (1987 & 1994), publié pour la première en 1987, contenait aussi des photos. Dans iGräser, chaque espèce est illustrée à l'aide d'une dizaine de photos en moyenne.
  • Dans la description détaillée de chaque espèce, les risques de confusion et les espèce semblables sont signalées. En un seul clic, il est possible de connaître les différences les plus importantes qu'il existe entre les espèces étudiées.
  • Via la fonction de localisation GPS de l'appareil et les cartes de répartition mises à disposition par info flora (2012), il est possible de connaître, pour un lieu donné, si l'espèce étudiée a déjà été observée ou non, ce qui facilite considérablement la détermination tout e la rendant plus fiable.
  • Des liens pour obtenir des informations complémentaires (Wikipedia) sont disponibles.
  • Igräser est vraiment mobile: on a toujours son smartphone dans la poche.
  • Mises à jour faciles et rapides. Un outil informatique peut être mis à jour, être corrigé et se développer nettement plus rapidement et facilement qu'une clé en format papier.

La mise en place

Dans un premier temps, une application liée à site internet (sans localisation GPS), qui devait être ouverte et utilisée via un navigateur internet, a été réalisée. Depuis 2010, une autre clé de détermination pour les graminées, elle aussi basée sur un site internet mais utilisant la traditionnelle approche dichotomique, était mise à disposition par la Deutschen Saatveredelung AG (2010). Par le biais de ce site, il était possible d'identifier les 32 espèces de graminées les plus importantes pour l'agronomie. Depuis quelques années déjà, sur le site internet du US Department of Agriculture (USDA-NCRS), une clé de détermination des graminées en format électronique à entrées multiples (polytomique) était aussi disponible pour différents Etats des Etats-Unis.

Avant de réaliser, dans un deuxième temps, une application pour iPhone autonome (indépendante d'internet) et utilisant la localisation GPS, il fallait tester minutieusement la version internet (Web-App) et l'optimiser d'un point du vue de la performance, de la fiabilité et de la facilité d'utilisation. iGräser est, à notre connaissance, la première application pour smartphones permettant la détermination des graminées (Poaceae). Par ailleurs, de part son large choix d'espèces, iGräser ne couvre pas uniquement les besoins de l'agronomie, mais peut aussi s'avérer très utile pour les gérants d'alpages, les personnes travaillant pour la protection de la nature, les forestiers ou encore les divers corps de métier oeuvrant dans la création d'espaces verts. A l'heure actuelle, iGräser comprend 111 espèces: l'application se focalise sur la flore de Suisse et tend à devenir une nouvelle référence pour divers domaines. 

Défis vis-à-vis de la biologie. Du point de vue biologique, les parties les plus exigeantes étaient (1) la conception, et avant tout le remplissage de la matrice de caractères, laquelle formait la base de la clé de détermination à entrées multiples, ainsi que l'élaboration d'une base de donnée photographique pour l'illustration des différents caractères utilisés et des différentes espèces retenues. La conception de la matrice de caractères consista tout d'abord à indiquer, pour chacune des 111 espèces de graminées que contient l'application à l'heure actuelle, lesquels des 378 caractères (ou modalités d'un même caractère) retenus étaient présents ou absents. Concrètement parlant, cela signifie remplir un tableau Excel constitué de 378 lignes et 111 colonnes, ce qui correspond à saisir 41'958 entrées de type "oui/non". Ce qui fut particulièrement délicat pour cet étape, c'est que la majorité des informations dont nous avions besoin n'étaient pas disponibles dans la littérature d'identification traditionnelle. En effet, chaque caractère utilisé dans iGräser est déjà mentionné dans la littérature pour quelques-unes des espèces choisies; mais la modalité du caractère n'est pas décrite chez les espèces qui peuvent être déterminées à l'aide d'autres critères, bien que ce caractère soit aussi présent. Jusqu'à aujourd'hui, le seul tableau complet de caractères utilisé pour la détermination d'espèces de graminées dont nous avions connaissance avait été compilé par Volger (1962 & 1994) pour le Nord de l'Allemagne et rassemblait 63 espèces et 23 caractères. 

Défis techniques. Pour ce qui est de la technique, les différentes parties qui ont été les plus exigeantes furent (1) la banque de donnée (Backend), (2) la complexité de l'application, (3) la mise en place d'une interface pour iPhone qui soit la plus intuitive possible pour l'utilisateur (Useability), (4) l'utilisation optimale en fonction des possibilités et des limites techniques de smartphone et finalement (5) l'algorithme d'identification. 

Base de donnée. En ce qui concerne la base de donnée, sur laquelle repose toute l'application, la flexibilité et la fonctionnalité étaient particulièrement importantes. Pour la saisie des données, il était par exemple primordial que la séquence des caractères pour la partie détermination puissent être ajustée à tout moment. En outre, il fallait aussi bien sûr que le transfert des données (très volumineuses à cause des nombreuses photos) vers l'application soit assuré avec une totale fiabilité. 

Complexité. iGräser est une application aussi bien extrêmement volumineuse que très complexe. Aux côtés des quatre modules (ou menus) visibles sur la page d'accueil (Home-Screen) «Détermination», «Espèces A-Z», «Observations» et «Glossaire», il y a encore en second plan les deux modules «Filtre des espèces» et «Vue détaillée des espèces». Pour tous ces modules, les données ont dû être préparées correctement et être coordonnées entre elles, comme par ex. les photos, les légendes correspondantes, les espèces semblables et les cartes de répartitions. 

Interface. Pour l'interface, il était important que la prise en main de l'application se fasse de manière intuitive, naturelle. Derrière le produit final, semblant à première vue extrêmement simple, se cache une très grande masse de travail pour la recherche du détail, en particulier dans les domaines du contenu, de la technique, de la fonctionnalité et du design. Pour l'utilisateur, il est par exemple important que les photos et les cartes de répartition puissent être agrandies, ou que les différents caractères sélectionnés puissent être consultés à tout moment par le biais d'une liste de caractères et être supprimés individuellement. Là derrière se cache un système de navigation sophistiqué via «Breadcrumbs». 

Possibilités et limites de smartphones. L'écran de smartphones a certes une très bonne résolution (Retina-Display), il n'en reste pas moins relativement petit. Cette barrière a pu être franchie de manière relativement efficace par la mise en place d'une fonction de zoom pour les photos et les cartes de répartition. Contrairement à son habitude, la fonction de localisation de smartphones ne devait pas se mettre en marche uniquement lors de l'enregistrement d'une observation mais aussi, pour tenir compte des cartes de répartition, lors de l'identification. 

Algorithme d'identification. Les clés de détermination classiques, à savoir dichotomiques, sont construites tel un diagramme en arbre, où il est demandé de faire un choix clair entre deux caractères, ou deux modalités d'un même caractère. Cependant, dans la réalité, il y a la plupart du temps plus de deux modalités pour un même caractère, et toutes les modalités et tous les choix ne sont pas toujours clairs et sans équivoque. Pour l'algorithme d'identification d'iGräser, il fallait ainsi trouver un procédé à entrées multiples (polytomique) et tolérant vis-à-vis des erreurs, permettant d'avoir le choix entre plus que deux modalités par caractère et tolérant les informations incertaines. Ceci fut rendu possible par l'utilisation des réseaux bayésiens (Jensen & Nielsen, 2007). Ce sont des modèles mathématiques pour les choix basés sur la probabilité, lesquels représentent la structure de causalité des problèmes de détermination. Un de ces modèles est aussi à la base de la logique d'identification d'iGräser. L'algorithme final d'identification est efficace et tient compte (a) de la fiabilité d'un critère de détermination par le biais de clés prédéfinies, (b) du facteur d'incertitude des caractères ciblés, (c) de la somme des propriétés pertinentes (caractères ou modalités d'un caractère) par espèce de graminée et, en fin de compte, (d) des données mises à disposition par info flora sur l'abondance et aussi, via la localisation GPS, sur la répartition des différentes espèces de graminée en Suisse. La combinaison des facteurs énumérés ci-dessus permet à l'utilisateur de l'application iGräser d'identifier une espèce de graminée (Poaceae) malgré un nombre restreint de caractères. 

La structure durable du logiciel (Software-Framework) développé dans le cadre du projet iGräser constitue, avec l'efficace algorithme d'identification, une base précieuse pour l'élaboration d'une application future qui nécessiterait un même cadre.

Nombre de critères et/ou d’expressions des caractères considérés aux différents niveaux hiérarchiques de la clé de détermination d’iGräser.

Le produit

Avec l'application innovante et facile d'utilisation iGräser, l'amateur intéressé peut aussi déterminer les 111 espèces de graminées les plus fréquentes en Suisse de manière fiable et rapide. Vous trouverez des courtes instructions via l'icône «information». L'application iGräser comporte quatre différentes fonctions, ou modules contient: un lexique des graminées de A-Z, une clé de détermination interactive, un dossier d'observations et un glossaire. 

Lexique des graminées A-Z

Vous trouverez ici la description détaillée des 111 espèces les plus fréquentes de graminées indigènes, provenant de tous les milieux et de tous les étages de végétations possibles en Suisse. 

  • Informations détaillées sur les milieux, la taille, les feuilles et les inflorescences/les fleurs
  • Nombreuses photos légendées 
  • Indication des espèces semblables (et des caractères clés permettant de les différencier)
  • Cartes de répartition en Suisse
  • Lien vers Wikipédia

Dans le lexique des graminées, toutes les espèces sont classées par ordre alphabétique d’après leur nom latin. La langue d'affichage (allemand, anglais, français ou italien) peut aussi être choisie en cliquant en haut à gauche. La fonction de recherche permet de trouver rapidement l'espèce désirée, en recherchant le nom ou le genre de l'espèce en latin, ou son nom dans toutes les langues contenues dans iGräser.

Pour chaque espèce de graminée, une description détaillée est disponible avec les noms d'espèces en allemand, anglais, français et italien, les valeurs écologiques selon Landolt et al. (2010), ainsi qu’une courte description des critères importants et un lien pour la page Wikipedia correspondante.

Chaque espèce de graminée est illustrée par une dizaine de photos (en moyenne). Chaque photo est décrite avec une légende pouvant être affichée ou non. Toutes les photos peuvent être agrandies (zoom) et affichées en plein écran.

Pour chaque espèce contenue dans iGräser, une liste regroupant les espèces de graminée avec lesquelles l'espèce en question pourrait facilement se confondre, à l'état végétatif ou lors de la floraison, est disponible. Lorsque l'on choisit une de ces espèces, il apparaît à l'écran (1) un court texte indiquant les différences les plus importantes entre les deux espèces et, en-dessous, (2) toutes les photos disponibles pour l'espèce correspondante, avec les légendes.

Pour pratiquement chaque graminée, une carte de répartition de l'espèce en Suisse est mise à disposition par Info Flora. Lorsqu'on est en train d'identifier une espèce à l'aide d'iGräser, on peut savoir, en fonction de la couleur de la case dans laquelle est inscrite la valeur de probabilité en pour-cent, lesquelles des espèces remplissant au minimum un des critères présélectionnés sont présentes ou non à l'endroit où l'on se trouve grâce à la localisation GPS de son appareil.

Clé de détermination interactive

C'est la principale innovation d’iGräser. En effet, les flores traditionnelles sont souvent trop difficiles à utiliser, même pour des étudiants de HES, et principalement quand les inflorescences et/ou les fleurs manquent ou sont mal développées, ce qui est le plus souvent le cas. Une petite faute, un caractère qu'on ne connaît pas bien, un autre qui n'est pas très prononcé ou pas encore suffisamment développé sur l'échantillon à déterminer et il devient tout de suite impossible d’atteindre son but. Avec l'application iGräser, c'est bien différent.

  • Vous prenez en compte les caractères que vous semblent clairs et ceci dans l'ordre que vous le souhaitez. Vous pouvez aussi tenir compte de l'absence d'un caractère, par ex.: le limbe foliaire N'A PAS DE double rainure médiane.
  • Vous pouvez librement combiner des caractères regroupés dans les domaines suivants: «Milieux», «Forme de croissance», «Taille à maturité», «Caractères végétatifs (feuilles)», «Caractères génératifs (fleurs)» et «Genre (systématique)». Par exemple: plante forestière dont la face inférieure des feuilles est brillante et qui possède de grandes oreillettes > Festuca gigantea; ou pour le domaine de l'ensemencement en altitude: à l'étage alpin, sur les versants à éboulis calcaires, avec des stolons aériens > Trisetum distichophyllum; ou encore: plante haute d'env. 15 cm, du genre Festuca, formant des touffes et possédant une ligule longue de 1 mm > Festuca quadriflora.
  • Lorsque vous sélectionnez un caractère, vous pouvez voir directement combien d'espèces il reste encore «en lice». Le premier nombre informe sur le nombre d'espèces présentant tous les caractères sélectionnés, le nombre entre parenthèse informe quant à lui sur le nombre d'espèces qui présentent au minimum un des caractères sélectionnés. 
  • Via la localisation GPS, iGräser vous montre en tout temps (si la localisation est possible) si les espèces qui possèdent des caractères préalablement sélectionnés ont déjà été trouvées aux environs de votre position et si elles ne l’ont jamais été.
  • L'erreur est humaine. iGräser est donc tolérante avec les fautes. Chaque caractère sélectionné peut être simplement écarté de la liste de caractères à tout moment, tout en gardant les autres caractères déjà sélectionnés. Dans le cas où il n’existe aucune espèce présentant tous les caractères préalablement sélectionnés, iGräser montre les espèces qui semblent les plus probables. Ainsi, les caractères stables et faciles à observer ont plus de poids lors de l'évaluation que les caractères variables ou ceux qui nécessiteraient plus d’expériences de l'utilisateur pour être observés. Finalement, il existe pour chaque espèce un lien rapide pour accéder aux espèces semblables, avec lesquels il peut exister un risque de confusion.

Avec l'outil de détermination on peut déterminer de manière fiable et rapide la plupart des graminées à chaque étape du développement en combinant librement les critères suivants: "Milieu (habitat)", "Forme de croissance", "Taille à maturité", "Caractères végétatifs (feuilles)", "Caractères génératifs (fleurs)" et "Genre".

En général, la forme de croissance et la taille à maturité sont deux critères qui peuvent être facilement reconnus, et ceci de manière fiable, sur le terrain et souvent faire avancer considérablement le processus de détermination.

Les traits végétatifs jouent un rôle important pour la détermination des graminées, car ils sont aussi visibles sur les plantes jeunes, broutées ou fauchées. Comme la longueur, respectivement la largeur d’un caractère est souvent déterminante, une règle graduée est aussi disponible dans iGräser.

Les traits génératifs sont plus souvent utilisés dans les clés de détermination traditionnelles. Néanmoins, dans la pratique, les tiges en fleurs ne sont souvent pas présentes. Il est toutefois aussi possible , avec iGräser, d'utiliser les caractères génératifs pour la détermination.

La note en bas montre que seules des 111 espèces contenues dans iGräser remplissent TOUS les caractères sélectionnés (par example taille à maturité = 15 cm, pH du sol = acide, étage de végétation = alpin, sol brut). Lorsque vous pressez sur "Critères" au bas de l'écran à droite, la liste des caractères s'ouvre (image au centre) et vous voyez tous ceux que vous avez sélectionnées jusqu'à présent. Lorsque vous pressez sur "Espèces" au bas de l'écran à gauche, une liste avec les espèces correspondantes s’ouvre. Dans la liste de caractères de l'image centrale, vous pouvez supprimer chaque caractère individuellement.

Seules les espèces marquées avec le symbole iGräser remplissent TOUS les critères sélectionnés. iGräser compare votre location actuelle (localisation GPS) aux données de répartition fournies par Info Flora et vous informe que l'espèce n'a jusqu'à présent pas été répertoriée à cet emplacement.

Dossier d'observations

Le dossier d'observations vous permet d'enregistrer les endroits où vous avez fait d'intéressantes découvertes et, si vous le souhaitez, de transmettre vos observations par e-mail, par exemple à info flora, le centre national de données et d'informations sur la flore de Suisse. Chaque observation sera dotée de la date et de l'heure à laquelle vous l'aurez enregistrée, ainsi que des coordonnées GPS suisses et internationales grâce à la localisation GPS de votre appareil (iPhone ou iPad). Vous pouvez aussi ajouter un commentaire pour chacune de vos trouvailles. Si vous voulez enregistrer une observation seulement une fois de retour de votre excursion, par ex. une fois de retour à la maison, vous pouvez entrer manuellement les coordonnées GPS et les informations liées à la date et l'heure. Si vous deviez changer d'avis sur l'identification d'une espèce après l'avoir déjà enregistrée, vous pouvez aussi modifier le nom de l'espèce observée par la suite.

Glossaire

Dans le glossaire vous trouverez les explications détaillées de tous les termes et autres notions employés dans l'application iGräser, en particulier dans la clé de détermination interactive, en mots et en images. Grâce à la barre de recherche, vous trouverez rapidement n'importe quel terme recherché. Au total, le glossaire regroupe 85 entrées, de l'antiligule à la viviparité. Chaque entrée commence par une photo, puis est suivie d'une question ainsi que des traductions en allemand, anglais et italien du terme en question. Ensuite un texte plus ou moins long explicite le terme dans son ensemble et à la fin, si la page existe, se trouve un lien pour des informations complémentaires (Wikipédia). 

Les utilisations les plus fréquentes

Les principales utilisations d'iGräser sont les suivantes:

  1. Consulter 1: Vous connaissez l'espèce qui vous intéresse, mais vous souhaiteriez obtenir quelques informations supplémentaires concernant par exemple sa répartition en Suisse, ses exigences en terme de milieu, ou encore ses valeurs écologiques selon Landolt et al. (2010), etc. > le lexique des graminées de A-Z vous aidera.
  2. Consulter 2: Vous aimeriez savoir ce que signifie les termes "oreillettes", "gaines fermées" ou encore "manchon fibreux" appliqués aux graminées. > le glossaire vous aidera.
  3. Vérifier: Vous avez de fortes suspicions quant au nom d'espèce de la graminée que vous êtes en train d'étudier, mais vous n'êtes pas tout à fait sûr(e). > le lexique des graminées vous aidera. L'onglet "Semblable à" vous sera notamment d'une grande aide: il vous amènera directement à une liste d'espèces avec lesquelles l'espèce présumée pourrait se confondre facilement. Dans le cas où vous n'arriveriez pas à atteindre votre but > la clé de détermination interactive vous aidera.
  4. Identifier: L'espèce étudiée vous est inconnue, et vous souhaiteriez identifiez cette graminée. > la clé de détermination interactive vous aidera, et si vous aimeriez en savoir plus au sujet d'un des critères de détermination > le glossaire vous aidera.
  5. Enregistrer et/ou signaler une observation: > le dossier d'observations vous aidera.

Le futur

Les deux priorités en vue d'améliorer le contenu de l'application sont très certainement (1) la suppression des erreurs linguistiques et de contenu qui n'ont toujours pas été corrigées jusqu'à présent, ainsi que (2) la densification de la documentation photographique pour les quelques espèces qui ne sont pas encore suffisamment illustrées. En ce qui concerne la correction des erreurs, nous comptons aussi sur l'aide du public. En effet, via l'icône "information" présente sur la page d’accueil, vous pourrez accéder à un formulaire de retour par lequel vous aurez la possibilité de nous faire part en toute simplicité de vos remarques et autres propositions d'amélioration.

Comme c'est le cas pour toutes les applications, iGräser doit être continuellement mis à jour pour pouvoir fonctionner avec, par exemple, les nouveaux systèmes d'exploitation ou les nouveaux appareils. iGräser est d'ores et déjà utilisable sur IOS 8, mais sa stabilité ainsi que sa performance devront encore être optimisées. Il serait aussi éventuellement souhaitable qu'il existe un lien permettant d'accéder aux différents termes du glossaire directement depuis les critères de la clé de détermination interactive.

A moyen terme, les traductions anglaises et italiennes devraient être terminées, la version française étant d'ores et déjà opérationnelle. L'intégration d'une clé de détermination traditionnelle serait aussi une grande avancée, puisqu'elle permettrait de couvrir les espèces indigènes de graminées (Poaceae) qui ne sont toujours pas inclues dans l'application. Bien sûr, il faudra aussi continuer en parallèle de compléter la liste d'espèces.

D'un point de vue technique, il faudrait qu'une version optimisée pour iPad soit disponible à moyen terme. De plus, il serait passionnant et probablement fructueux d'exploiter de manière plus efficace le potentiel de l'algorithme d'identification déjà existant basé sur les réseaux bayésiens. Les idées concrètes pour le développement d'un iGräserPlus sont:

  • Optimisation: réajustement continu de la séquence des caractères selon leur pouvoir de dissociation.
  • Individualisation: adaptation de la séquence de caractères selon les préférences ou les besoins de l'utilisateur (profil d'utilisateur personnel).
  • Fonction d'utilisateur intelligente, avec des questions auxquelles l'utilisateur pourrait répondre par «Oui», «Je ne sais pas», «Non», «Probablement» ou «Probablement pas» et qui serait répétée le cas échéant par le système (par ex. lorsqu'une seule réponse sur dix ne convient pas avec la description finale; principe Akinator).

Marche à suivre pour la détermination

  1. Observer attentivement le milieu (l'endroit) dans lequel on se trouve, surtout en ce qui concerne la disponibilité pour la plante en lumière, en eau, en nutriments, en chaleur ainsi que les éventuelles perturbations pouvant affecter la plante (fauchage, piétinement, glissement de terrain, etc.).
  2. Observer attentivement la plante (pour cette étape, une loupe est toujours très pratique) et noter 3 caractères clairement présents.
  3. Toujours commencer par le haut. Sur toutes les pages, les critères les plus importants sont signalés tout en haut et les moins importants tout en bas.
  4. Sélectionner uniquement les caractères pour lesquels vous êtes sûr, c'est-à-dire ceux qui sont clairement présents ou clairement absents.
  5. Sélectionner aussi les caractères clairement absents, sélectionnez par ex. PAS d'oreillettes, PAS de double rainure médiane, etc.
  6. En général, ne pas jamais sélectionner plus de 5-6 critères à la fois. Pour chaque critère supplémentaire sélectionné, le risque d’avoir des incohérences (critères contradictoires) augmente.
  7. Toujours contrôler la répartition géographique de l’espèce. Laquelle des espèces possédant les critères sélectionnés se trouve généralement dans cette région?
  8. Contrôler l'espèce les plus vraisemblable de manière critique. Regarder attentivement les photos, lire soigneusement les descriptions.
  9. Comparer avec les espèces semblables. L'icône «Semblable à» montre les espèces avec lesquels l'espèce déterminée pourrait facilement se confondre lors de la floraison ou en-dehors.
  10. Vérifier avec des flores conventionnelles. Même lorsque que les photos et les descriptions concordent parfaitement, vous devriez contrôler votre identification avec des clés de détermination ou des flores conventionnelles, en particulier parce que iGräser ne contient pas la totalité des espèces de graminées de Suisse, notamment les espèces rares.

Etape par étape

Pour déterminer une graminée inconnue, il est préférable en général de suivre le précepte «du grand au petit», c'est-à-dire qu'on s'intéresse d'abord aux paramètres facilement reconnaissables comme le «Milieu», la «Forme de croissance» ou la «Taille à maturité». Par la suite on s'occupe des caractères végétatifs, comme le limbe, la ligule, etc., et seulement tout à la fin on regarde les caractères génératifs, qui sont très souvent pas disponibles, comme le type d'inflorescence, les épillets, les arêtes, etc.. Concrètement parlant, le mieux serait de faire comme suit:

  1. Milieu. Sélectionnez sous «Milieu» le type d'habitat (zones ouvertes vs forêts, etc.), l'étage de végétation approprié, etc. Dans une des cases présentes au bas de l'écran, vous pourrez alors voir au fur et à mesure combien d’espèces remplissent tous les critères sélectionnés jusque-là (le nombre entre parenthèse informe sur le nombre d’espèces remplissant au moins un des critères préalablement sélectionnés). Conseil n° 1: ignorez dans un premier temps le bouton «Incertain?». Conseils n° 2: Via l'icône «Critères» présent à droite au bas de l'écran, vous pourrez à tout moment supprimer un ou la totalité des critères déjà sélectionnés.
  2. Forme de croissance. Indiquez sous «Forme de croissance» si l'espèce forme des touffes ou des gazons. Conseil: Ne sélectionnez que les critères pour lesquels vous êtes sûr, c'est-à-dire ceux qui sont clairement présents ou clairement absents.
  3. Taille à maturité. Si une des tiges de votre échantillon se trouve à maturité (se termine par une inflorescence en fleur), sélectionnez la taille de la tige.
  4. Observer attentivement la plante (une loupe est souvent très utile) et noter les 3 caractères les plus marquants. Conseils n° 1: dans iGräser, vous pouvez aussi signaler l'absence d'un caractère, par ex. PAS d'oreillettes, PAS de double rainure médiane, etc. Conseils n° 2: S'il ne devait y avoir aucun caractère qui vous saute aux yeux, iGräser vous aide: sur chacune des pages de l'application, les caractères les plus importants sont toujours énumérés tout en haut de la page.
  5. Sélectionner les caractères. Sélectionnez les 3 caractères précédemment choisis via «Caractères végétatifs» ou «Caractères génératifs».
  6. Lorsqu'il reste encore plus de 5 espèces remplissant tous les critères sélectionnés, limitez ce nombre en sélectionnant d'autres critères. Conseil: Ne sélectionnez dans l'absolu pas plus de 5-6 critères à la fois. Pour chaque critère supplémentaire sélectionné, le risque d'avoir des incohérences (critères contradictoires) augmente.
  7. Lorsqu'il ne reste plus que 5 espèces (ou moins) remplissant tous les critères que vous avez préalablement sélectionnés, cliquez sur l'icône «Espèces» présente en bas à droite de l'écran et vous accéderez directement à la liste des espèces correspondantes, placées dans un ordre de probabilité décroissante. Conseil: Même lorsqu'aucune espèce ne remplit tous les critères sélectionnés, iGräser vous montre quelles espèces semblent potentiellement les plus appropriées.
  8. Localisation GPS – Répartition en Suisse. Lorsque la localisation GPS est activée sur votre appareil et que vous vous trouvez en Suisse, la petite icône la forme de la Suisse, que se trouve en haut de l'écran, vous permet d'activer cette fonction. iGräser vous informera alors, en se basant sur les cartes de répartitions disponibles, lesquels des espèces remplissant les critères présélectionnés sont présentes (ou non) à l’endroit où vous vous trouvez.
  9. Maintenant, vous êtes presque à la fin. Cliquez sur l’espèce se trouvant tout en haut de la sélection, ce qui correspond à l'espèce la plus appropriée, pour faire apparaître les photos et les informations détaillées de l'espèce en question.
  10. Comparer avec les espèces semblables. L'icône «Semblable à» vous montre toutes les espèces présentes dans la base de données qui pourraient être confondues, sans ou/et avec les inflorescences, avec l'espèce choisie.
  11. Vérifiez votre détermination dans une flore conventionnelle. Même lorsque que les photos et les descriptions concordent parfaitement, vous devriez contrôler votre détermination avec une flore conventionnelle, en particulier parce que iGräser ne contient pas la totalité des espèces de graminées de Suisse, notamment les espèces rares.
  12. Nouvelle plante. Si vous voulez déterminer une nouvelle plante, ou simplement recommencer votre détermination en utilisant d'autres critères, cliquez sur l’icône «Critères» en bas de l'écran et sélectionnez «Supprimer tous les critères». Ainsi, tous les critères présélectionnés seront automatiquement supprimés et vous pourrez recommencer depuis le début.

Exercices de détermination

Saftige Wiesen und Weiden durchziehen die Schweiz und sind die Basis unserer Milchwirtschaft. Hinter dem scheinbar einheitlichen Grün verbergen sich dutzende verschiedene Grasarten und auch in anderen Lebensräumen spielen Gräser eine wichtige Rolle. Wegen dem Fehlen von farbigen Blüten muss man bei Gräsern auf ungewöhnliche Bestimmungsmerkmale zurückgreifen.

Lernen Sie an 20 einheimische Grasarten aus fünf verschiedenen Lebensräumen (Wald, alpin, nährstoffreich, feucht, trocken) typische Grasbestimmungsmerkmale kennen. Jede Box entspricht einem Lebensraum. Für jede Grasart sind neben dem Lebensraum bzw. Standort (S) drei bis vier weitere typische Bestimmungsmerkmale aus den Bereichen, Wuchsform (W: Horst, Rasen), Wuchshöhe blühend (WH), Vegetative Merkmale (V: Blätter), Generative Merkmale (G: Blüten) aufgeführt. Entdecken Sie diese Merkmale an den lebenden Pflanzen!

Die an der ZHAW entwickelte iGräser-App revolutioniert die Gräserbestimmung.  Die LITE-Version ist gratis im App-Store erhältlich (Download über WLAN dauert ca. 10 Minuten). Geben Sie zur Bestimmung einfach den Standort (Lebensraum) und weitere auffälligen Merkmale  aus den Bereichen W, WH, V und G ein, z.B. die rot markierten Merkmale in den Listen auf den untenstehenden Bildern. Die zahlreichen Fotos in der App, die Detailbeschriebe und das ausführliche Glossar helfen Ihnen, sich in der spannenden Welt der Gräser zurechtzufinden.

forêt

avec grande oreillettes
sans oreillettes

alpin

sol acide, formant des touffes, feuille filiforme
sol basique, feuille avec double rainure médiane et pointe en capuchon

eutrophe (prairie grasse)

humide

formant des gazons, avec stolons souterrains, taille à maturité 1.5-2.5 m
formant des touffes, taille à maturité 1 m

aride

pelouse mi-sèche médio-europénne (mesobromion)
pelouse steppique et pelouse sèche médio-européenne (xerobromion)

Marche à suivre pour les observations

Pour noter ou signaler une observation, il vous suffit de suivre les étapes suivantes:

  1. Sur la page d'accueil, sélectionnez l'onglet «Observations»: vous accédez ainsi à la liste des observations déjà sauvegardées dans votre application.
  2. En appuyant sur le bouton «+» de l'en-tête, vous accédez à la «liste des espèces A-Z».
  3. Dans cette liste, sélectionnez l’espèce observée et accédez à la page «Nouvelle observation».
  4. Si vous avez déterminé votre plante directement à l'endroit où elle se situait sur le terrain: le symbole d'iGräser indique sur la carte où vous vous situez en se fiant à la localisation GPS de votre appareil (iPhone ou iPad). En cas de besoins, vous pouvez augmenter la précision de la localisation en déplaçant à l'aide de votre doigt la carte présente en fond d'écran. Les coordonnées GPS et la date de l'observation sont automatiquement indiquées à l'écran. Vous pouvez aussi insérer une "note d'observation" dans la case présente sous les coordonnées GPS. Si vous avez déterminé votre plante à la maison, sur votre lieu de travail, etc.: vous pouvez modifier et insérez manuellement les coordonnées GPS du lieu où l'espèce a été observée, ainsi que la date et l'heure de l'observation. Si après avoir déterminé une même espèce pour la 2ème fois vous vous rendez compte que vous avez commis une erreur, vous pouvez bien entendu encore changer le nom de l'espèce.
  5. En appuyant sur le bouton «Enregistrer» se situant dans l'en-tête, vous accédez à la liste de vos observations déjà enregistrées et il vous sera demandé si vous souhaitez ou non transmettre cette observation au centre national de données et d'informations sur la flore de Suisse «info flora».
  6. Gérer vos observations. Vous pouvez à tout moment supprimer une de vos observations en la sélectionnant dans votre liste, puis en accédant au menu «éditer» via l'icône en forme de crayon présente dans l'en-tête.
  7. Transmettre vos observations. Sélectionnez dans la liste de vos observations l'espèce souhaitée, puis sélectionnez l'observation que vous souhaitez transmettre. Vous accédez ainsi à une page où se trouve les informations relatives à la date et à la localisation de votre observation (carte et coordonnées GPS). Si vous sélectionnez ensuite l'icône «E-mail» (grande flèche sortant d’un carré) qui se trouve dans l'en-tête, à droite, un e-mail déjà rempli s'ouvre automatiquement avec le nom d’espèce, la date et les coordonnées GPS de votre observation: il ne vous reste plus qu'à préciser l’adresse de la personne à laquelle vous souhaitez transmettre ces données.

Indication: Lorsque vous vous trouvez sur la page présentant les informations détaillées d'une espèce, vous pouvez accéder directement au menu «Observations» en sélectionnant l'icône en forme de jumelles présent au centre de l'en-tête.

Bibliographie de l’application

Legende: fertile = particulièrement adapté pour un débutant / * = avec des clés de détermination pour les plantes qui ne fleurissent pas et des illustrations remarquables

  • Aeschimann D. & Burdet M.D., 2005: Flore de la Suisse, Le Nouveau Binz. 4. Aufl. Haupt, Bern. 603 S.
  • Aichele D. &Schwegler H.-W., 2011: Unsere Gräser. Süßgräser, Sauergräser, Binsen. 12. Aufl. Kosmos-Verlag. 224 S.
  • Bartsch N., 1994: Waldgräser: Süssgräser, Riedgras- & Binsengewächse. 2. Aufl. Schaper, Hannover. 254 S.
  • Binz A. & Heitz Ch., 1990: Schul- und Exkursionsflora für die Schweiz. 19. Aufl. Schwabe, Basel. 659 S.
  • Conert, H.J., 2000: Parey’s Gräserbuch. Die Gräser Deutschlands erkennen und bestimmen. 592 S.
  • Cope T. & Gray A., 2009: Grasses of the British Isles. BSBI Handbook 13. Botanical Society of the British Isles. 612 pp.
  • Delarze R. & Gonseth Y., 2008: Lebensräume der Schweiz. Ökologie - Gefährdung - Kennarten. 2. Aufl. Ott. 424 S.
  • Dietl W. & Jorquera M., 2014: Wiesen- und Alpenpflanzen. 5. Aufl. LmZ, Zollikofen. 671 S.
  • * Dietl W., Lehmann J. & Jorquera M., 1998: Wiesengräser. LmZ, Zollikofen. 191 S.
  • * Eggenberg S. & Möhl A., 2013: Flora Vegetativa. Ein Bestimmungsbuch für Pflanzen der Schweiz im blütenlosen Zustand. 3. Aufl. Haupt, Bern, 733 S.
  • Eisele W., 1998: Vorläufiger Schlüssel zur Bestimmung der Seggen (Carex spec.) Baden-Württembergs nach vegetativen Merkmalen. Floristische Rundbriefe, Beiheft 5, Göttingen. 26 S.
  • Foerster E., 2008: Seggen, Binsen, Simsen und andere Scheingräser des Grünlandes. Ein Schlüssel zum Bestimmen während der ganzen Vegetationszeit. LANUV-Arbeitsblatt 5. Landesamt für Natur, Umwelt und Verbraucherschutz Nordrhein-Westfalen. 28 S. www2.lanuv.nrw.de und http://offene-naturfuehrer.de
  • * Graf U.H., 2014: Schlüssel zur Bestimmung von nichtblühenden Seggen, Binsen und anderen Sauergräsern in der Schweiz - Cyperaceae, Juncaceae, Juncaginaceae, Scheuchzeriaceae. WSL, Berichte Heft 10, ISSN 2296-3448, 129 S. www.wsl.ch
  • * Häfliger E. & Scholz H., 1980-1982: Grass weeds, Monocot weeds. 3 Bde. Documenta Ciba-Geigy, Basel. Ciba-Geigy. 142 + 137 + 132 pp.
  • Hegi, G., 1980: Illustrierte Flora von Mitteleuropa, Band 2, Teil 1, Cyperaceae, Typhaceae incl. Sparganiaceae, Araceae, Lemnaceae, Juncaceae. 3. Aufl. Parey Berlin. 439 S.
  • Hegi, G. 1998. Illustrierte Flora von Mitteleuropa, Band I, Teil 3, Poaceae (Echte Gräser oder Süssgräser). 3. Aufl. Parey Berlin. 898 S.
  • Hess H.E., Landolt E. & Hirzel R., 1976-80: Flora der Schweiz und angrenzender Gebiete. 2. Aufl. 3 Bde. Birkhäuser, Basel. 2690 S.
  • Hess H.E., Landolt E., Hirzel R. & Baltisberger M., 2010: Bestimmungsschlüssel zur Flora der Schweiz. 6. Aufl. Birkhäuser. 693 S.
  • * Hubbard C.E., 1985: Gräser. Beschreibung, Verbreitung, Verwendung. 2. Aufl. Ulmer. 475 S.
  • * Hubbard C.E., 2012: Grasses. A guide to their Structure, Identification, Uses and Distribution in the British Isles. 3rd ed. Penguin Books. 476 pp.
  • * Jäger E.J. et al. (Hrsg.), 2013: Rothmaler Exkursionsflora von Deutschland. Bd. 3. Gefässpflanzen: Atlasband. 12. Aufl. Springer Spektrum. Springer Verlag Berlin Heidelberg. 822 S.
  • * Jermy A.C., Simpson D.A., Foley M.J.Y. & Porter M.S., 2007 (reprinted 2010): Sedges of the British Isles. BSBI (Botanical Society of the British Isles) Handbook No. 1, 3ed. 3. London. 534 pp.
  • * Kaltofen H. & Schrader A., 1991: Gräser: Biologie, Bestimmung, wirtschaftliche Bedeutung. 3. Aufl. Deutscher Landwirtschaftsverlag, Berlin. 419 S.
  • * Kiffmann R., 1986: Illustriertes Bestimmungsbuch für Wiesen und Weidepflanzen des mitteleuropäischen Flachlandes. Teil A: Echte Gräser (Gramineae). 6. Aufl. Selbstverlag. CH-6994 Aranno (Tessin). Druck: Arti Grafiche Bernasconi & Co. Lugano-Agno. 51 S.
  • * Kiffmann R., 1991: Illustriertes Bestimmungsbuch für Wiesen und Weidepflanzen des mitteleuropäischen Flachlandes. Teil B: Sauergräser (Cyperaceae), Binsengräser (Juncaceae) und sonstige grasartige Pflanzen. 4. Aufl. Selbstverlag. CH-6994 Aranno (Tessin). Druck: Arti Grafiche Bernasconi & Co. Lugano-Agno. 120 S.
  • * Klapp E. & Opitz von Boberfeld W., 2013: Taschenbuch der Gräser. Erkennung und Bestimmung, Standort und Vergesellschaftung. 14. Aufl. Ulmer, Stuttgart. 264 S.
  • * Klapp E. & Opitz von Boberfeld W., 2011: Gräserbestimmungsschlüssel für die häufigsten Grünland- und Rasengräser. 6. Aufl. Ulmer, Stuttgart. 84 S.
  • Klassen H. & Freitag J., 2004: Ackerunkräuter und Ackerungräser rechtzeitig erkennen. Landwirtschaftsverlag Münster-Hiltrup. 263 S.
  • Lauber K., Wagner G. & Gygax A., 2012: Flora Helvetica. 5. Auflage. Haupt Verlag, Bern. 1656 + 290 S.
  • Landolt E. et al., 2010: Flora Indicativa. Ökologische Zeigerwerte und biologische Kennzeichen zur Flora der Schweiz und der Alpen. Haupt, Bern, 378 S.
  • Osterwalder K., Klingenböck A., Baltisberger M. & Kretzschmar R., 2006: Virtuelle Exkursionen. Vdf, Zürich. DVD-Rom.
  • * Petersen A., 1989: Die Sauergräser. Schlüssel zu ihrer Bestimmung im blütenlosen Zustand. Akademie-Verlag, Berlin DDR. 91 S.
  • * Poland J. & Clement E., 2009: The vegetative key to the British Flora. BSBI (Botanical Society of the British Isles). 526 pp.
  • * Rauschert, S., 1965: Wiesen- und Weidepflanzen: Erkennung, Standort und Vergesellschaftung, Bewertung und Bekämpfung. 2. Aufl. Neumann, Radebeul.
  • Volger E., 1994: Gräserbestimmung nach Photos. Eine Anleitung für die Praxis. 60 Gräser in 196 Abbildungen. 3. unveränderte Auflage. Blackwell Wissenschafts-Verlag, Berlin. 107 S.
  • USDA-NRCS: Online plants identification keys for wetland monocots, legumes and grasses in different states. US  Dept. of Agriculture. http://www.nrcs.usda.gov