Effacer l'entrée

Header

Quick navigation

Recherche

Service navigation

Language selection

Main navigation

La population suisse se sent-elle en sécurité ?

La Haute école zurichoise des sciences appliquées et l'Université de Saint-Gall lancent la plus vaste enquête jamais réalisée en Suisse en matière de criminalité et de sécurité.

3 may 2022

Vous sentez-vous en sécurité dans votre quartier ? Avez-vous déjà craint d'être victime d'un délit ou l'avez-vous déjà été ? Comment évaluez-vous le travail de la police ? La plus vaste enquête jamais réalisée en Suisse en matière de criminalité et de sécurité porte sur ces questions et bien d'autres encore. Cela concerne notamment des délits tels que les menaces, le harcèlement, le vol, les voies de fait ou les agressions sexuelles.

Si vous avez été invité(e) par courrier à participer à cette enquête, utilisez ce lien pour accéder directement au questionnaire en ligne :

Pourquoi mener une telle enquête ?

Nous voulons mettre en évidence la véritable ampleur de la criminalité. Les statistiques policières ne prennent en compte que les délits signalés. L’enquête nous permet néanmoins de découvrir ce que l'on appelle le chiffre noir : les délits qui n'ont pas été signalés à la police, car les victimes estiment qu'ils ne sont pas suffisamment graves ou parce qu'elles ont honte, peur ou se résignent. Par ailleurs : la qualité de vie dépend non seulement de la sécurité effective, mais aussi du sentiment de sécurité. Les impressions et les jugements qui en découlent ne peuvent être mis en évidence que par le biais d'une enquête.

À qui cette enquête est-elle destinée ?

En principe, à vous-même : Les résultats permettront à la police de mieux répondre aux attentes de la population. C'est la raison pour laquelle cette enquête est entièrement financée par la Conférence des commandants des polices cantonales en collaboration avec fedpol. Toutes les corps de police cantonaux de Suisse ainsi que la police municipale de Zurich participent, comme ce fut le cas en 2011 et 2015, lors de précédentes enquêtes du même type à plus petite échelle.

Qui mène l'enquête ?

Il s'agit d'une coopération entre l'Université de Saint-Gall (HSG) et la Haute école zurichoise des sciences appliquées (ZHAW). Les deux établissements ont une grande expérience dans la conduite de telles enquêtes. L'étude est dirigée par la professeure  Nora Markwalder, professeure de droit pénal, de procédure pénale et de criminologie à l’HSG, et par le professeur Dirk Baier, Directeur de l'Institut pour la délinquance et la prévention de la criminalité à la ZHAW. L'équipe de chercheurs comprend également Lorenz Biberstein, collaborateur scientifique de la ZHAW, la Professeure Sandrine Haymoz (Haute école de travail social Fribourg HETS-FR) ainsi que le Professeur Marcelo Aebi (Université de Lausanne).

L'institut de recherche gfs-zürich met à disposition l'infrastructure technique.

Comment se déroule l'enquête ?

Par l'intermédiaire de l'Office fédéral de la statistique, 35 000 personnes résidant en Suisse ont été sélectionnées de manière aléatoire. La sélection s'est faite sans tenir compte si une personne avait déjà été victime d'un délit ou non. L'article 13c, alinéa 2, de l'ordonnance sur les relevés statistiques (RS 431.012.1) constitue la base légale d'une telle sélection. Toutes les personnes sélectionnées ont été invitées par courrier à participer à une enquête en ligne. Un lien pour l'enquête et un mot de passe leur ont été adressés. Seules les personnes invitées peuvent participer à l'enquête. Le remplissage du questionnaire pouvant être oublié, un rappel postal sera effectué à deux reprises au cours de l'étude. Nous effectuons par ailleurs des enquêtes téléphoniques. Nous voulons ainsi contacter les personnes rencontrant des difficultés à remplir un questionnaire en ligne.

Dois-je participer à l'enquête ?

L'enquête est facultative. Cependant, plus le nombre de participants est élevé, plus les conclusions de l'étude seront riches d'enseignements et représentatives. Nous invitons donc également les personnes invitées qui n'ont jamais été victimes d'un délit à participer à l'enquête.

Combien de temps dure l'enquête ?

Remplir le questionnaire en ligne prend environ 15 minutes.

Mes réponses seront-elles traitées de manière confidentielle ?

Oui. Toutes les réponses sont saisies de manière anonyme ; les données personnelles (noms, adresses, etc.) ne sont pas recueillies. Les données personnelles utilisées pour l'invitation par voie postale et l'enquête téléphonique sont ensuite supprimées. Les réponses aux questionnaires sont enregistrées sur des serveurs sécurisés en Suisse, dans les hautes écoles ; l'accès aux tiers est exclu.

Que puis-je faire si répondre à certaines questions m'affecte psychologiquement ?

Si certaines questions suscitent chez vous des sentiments négatifs, de l'anxiété, de l'abattement ou autres symptômes, nous vous invitons à vous faire aider. Veuillez contacter La Main Tendue, téléphone 143 ; vous trouverez des contacts par e-mail et par chat sur www.143.ch. Vous pouvez également vous adresser aux services cantonaux d'aide aux victimes. Les offres sont confidentielles et gratuites.

Jusqu'à quand durera l'enquête ?

L'enquête se terminera en juillet 2022. Les données seront ensuite analysées et synthétisées dans un rapport de recherche. Celui-ci sera très probablement publié début 2023.

Avez-vous d'autres questions ou suggestions ? N’hésitez pas à nous contacter.