Effacer l'entrée

Header

Quick navigation

Recherche

Service navigation

Language selection

Main navigation

Voici les mots de l’année 2020 en Suisse

Coronagraben est le mot romand de l’année 2020, suivi de gestes barrières et de luttes.

Communiqué de presse | Winterthour, le 8 décembre 2020

En une année marquée par la pandémie, en Suisse comme ailleurs, la mosaïque des mots choisis dans les quatre régions linguistiques du pays s'articule essentiellement autour de la crise sanitaire. Toutefois, des différences existent, subtiles : de la pandemia italophone à l'adjectif systemrelevant en Suisse alémanique en passant par le romanche mascrina, ces mots révèlent les divers angles de vue qui ont occupé l'esprit et le discours helvétiques en 2020.

Douze mots pour quatre langues

Si le mot de l’année existe en Suisse alémanique depuis 2003, il a fallu attendre 2017 et l’Université des sciences appliquées de Zurich (ZHAW) pour qu’il revête véritablement une dimension nationale, avec un mot romand en 2017, puis un mot en italien en 2018. Enfin, en 2019, le mot de l’année romanche, élu en partenariat avec la Lia Rumantscha, est venu compléter le carré.

Chaque année depuis 2017, un large corpus numérique de textes suisses (Swiss-AL), compilé par les chercheurs de la ZHAW, a permis d’établir une liste de mots particulièrement fréquents en comparaison des années précédentes. Cette liste a servi de base aux délibérations de chacun des jurys afin de déceler ces mots qui font la Suisse de 2020. C’est ensuite ce même corpus qui a permis de retracer l’évolution récente des mots choisis pour mettre en lumière les réalités dont ils témoignent et même qu’ils construisent (voir encadrés ci-dessous).

Le jury francophone se composait de linguistes aux spécialisations diverses, de journalistes, d’enseignant·e·s de français, de responsables de communication et d’artistes, multipliant les perspectives : scientifique, pratique, artistique. Or, le palmarès de cette année reflète, au-delà d'un simple résumé de la crise sanitaire, des préoccupations tangibles dans tous les domaines. Coronagraben nous parle de différence mais aussi de créativité linguistique, gestes barrières traduit un bouleversement dans notre manière d'aller à la rencontre d'autrui, et luttes insiste sur la pluralité des combats que nous avons menés ou vu mener, souvent bien au-delà de la thématique presque imposée de la crise sanitaire.

Le projet « Mot suisse de l’année » et la compilation du corpus Swiss-AL sont menés par le Département de linguistique appliquée de la ZHAW.

De plus amples informations sont disponibles sur notre site internet : https://www.zhaw.ch/fr/linguistique/mot-suisse-de-lannee/

Pour tout complément d'information :

Daniel Perrin, directeur du projet « Mot suisse de l’année » et du Département de linguistique appliquée de la ZHAW, tél. 058 934 60 67, e-mail : daniel.perrin@zhaw.ch

Marlies Whitehouse, direction opérationnelle du projet « Mot suisse de l’année », Département de linguistique appliquée de la ZHAW, tél. 058 934 61 69, e-mail : marlies.whitehouse@zhaw.ch

Elsa Liste Lamas, responsable du jury francophone, Département de linguistique appliquée, ZHAW, tél. 058 934 62 39, e-mail : elsa.liste@zhaw.ch

Angelo Ciampi, responsable du jury italophone, Département de linguistique appliquée, ZHAW, tél. 058 934 60 78, e-mail : angelo.ciampi@zhaw.ch

Daniel Telli, responsable du jury romanche, Manader Lingua, Lia Rumantscha, tél. 081 258 32 22, e-mail : info@rumantsch.ch